Mon matériel photo

Si le blog fait la part belle aux récits, les articles sont tous illustrés par les photos que je prends au gré de mes voyages. L’appareil photo me sert à créer du lien avec les personnes que je rencontre, à capturer des moments uniques que je ne revivrai probablement jamais et à conserver une trace de ce que j’ai vu et apprécié sur place.

Vous êtes nombreux à me contacter pour connaître le détail de mon matériel photo. N’étant pas très à l’aise avec les « listes au Père Noël », j’ai préféré parler de coups de cœur plutôt que de tout déballer.

On commence ?

 

Investir pour le long terme

Le matériel ne fait pas le photographe. Débuter un article justement consacré au matériel par cette vérité peut paraître étrange, et pourtant. Pour le prix d’un appareil photo haut-de-gamme, il est possible de faire un beau voyage à l’autre bout de la planète. Cela oblige à se poser les bonnes questions.

L’actualité photo est dense et des nouveautés sortent chaque année. Ces nouveautés surpassent bien souvent les modèles qu’elles remplacent, tout en affichant un tarif supérieur. Pourtant, les anciens modèles n’en sont pas pour autant obsolètes ! Il faut savoir faire la part des choses : « Ai-je besoin d’un peu plus de ci ou de ça ? ».

J’utilise un Canon 6D, reflex plein format parmi les plus petits et légers du marché. Acheté en 2013, il me ravit tant au niveau de la qualité d’image que de son confort d’utilisation. Bien qu’il ait été remplacé par une nouvelle version (en 2017), je ne compte pas en changer.

 

 

Des objectifs pour des usages ciblés

Au fil des voyages, j’ai pu affiner mes besoins :

  • Un grand-angle pour les monuments, les paysages et des portraits très typés ;
  • Une focale dite « standard » de reportage, pour documenter mes voyages ;
  • Un objectif pour les portraits et les petits détails.

De manière à couvrir mes besoins, j’opte pour un objectif par besoin, sauf en cas de situation exceptionnelle ou je décide de voyager léger, avec seulement un grand angle (comme lors de mon voyage en Écosse) ou un objectif standard (comme à Vienne, ou lors de mes balades allemandes).

 

L’objectif grand-angle

Si je voyage dans une contrée reconnue pour ses magnifiques paysages et ses escapades en pleine nature, je mets toutes les chances de mon côté en optant pour un de mes plus beaux objectifs : le Canon 17-40mm f4 L. J’en dis beaucoup de bien sur l’article dédié ! Aujourd’hui, il reste mon outil le plus performant pour illustrer ce blog.

S’il s’agit d’une destination propice aux portraits, aux balades urbaines ou encore dans un pays réputé « dangereux », je vais opter pour le méconnu Voigtländer 20mm f3,5. Une focale fixe riquiqui, aussi limitée qu’attachante et qui ne prend quasi aucune place dans mon sac. Un objectif clairement coup de cœur, passe-partout et franchement unique. Vous pouvez en lire ma présentation complète en cliquant ici.

 

La focale standard

Si la photo peut parfois se résumer à produire « une image », c’est bien une série d’images cohérentes racontant une histoire que le voyageur souhaite ramener du bout du monde. Pour raconter les péripéties du voyage, inclure l’humain dans mes compositions et ainsi documenter ce que je vis sur place, j’utilise une focale dite « standard ».

S’il faut voyager léger, je jette mon dévolu sur le Canon 40mm f2.8 et son format « pancake » (objectif plat). D’ailleurs, il est quasi du même gabarit que le Voigtänder mentionné plus haut ! Une belle paire.

Si en revanche je veux mettre toutes mes chances de mon côté, je prends mon meilleur objectif en terme de qualité d’image : le Canon 35mm f2 IS. Piqué incroyable, grande ouverture, stabilisation : il est parfait.

A noter enfin que j’utilise bien souvent un Tamron 28-75 f2.8 qui me permet de saisir la plupart des sujets sans changement d’objectif et sans rien sacrifier côté qualité d’image. Un zoom qui me séduit de plus en plus, je vous encourage à en lire mon article dédié !

 

Le téléobjectif

Utile pour certains paysages afin de compresser les plans successifs, le téléobjectif me sert surtout à réaliser de beaux portraits des gens que je rencontre. C’est un objectif idéal pour faire ressortir un sujet dans une foule et de donner un effet quasi 3D à la photo en isolant un objet ou une personne.

Pour ma part, je fais confiance à un objectif sorti en 1991 et toujours d’excellente tenue : le Canon 85mm f1.8. Petit, léger, discret, difficile de faire plus adapté au photographe nomade que je suis.

 

Quoi d’autre ?

Il m’arrive de ressortir le matériel argentique, celui de mon père ou issu de ma collection d’appareils anciens. C’est alors un tout autre voyage qui commence, où la performance n’est plus un enjeu et au bout duquel le résultat est forcément très personnel.

En vrac, on retrouve un Pentax K1000 (utilisé pour mes articles sur le Bassin d’Arcachon), un Semflex (le moyen-format à petit prix !) … et même un Polaroid SX-70 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s