Merveilles du Triangle Culturel

Le Sri Lanka fut le berceau d’une civilisation parmi les plus anciennes et les plus avancées de son époque. Plus de trois millénaires d’Histoire qui ont légué une foultitude de cités antiques et de monuments religieux uniques qui rivalisent avec les plus fameux sites archéologiques d’Asie. Principalement concentrées dans les plaines du Nord, ces merveilles ont donné à la région le nom de Triangle Culturel.

22047892_10155745696623555_5972655503042197703_o

 

Plongée dans l’Histoire

Il est temps de sortir sa carte de l’île : le Triangle Culturel est délimité par les villes d’Anuradhapura, Polonnaruwa et Kandy. Le Sri Lanka concentre une densité rarement atteinte de sites classés à l’UNESCO. La plupart des lieux ont été soit la capitale du royaume de Ceylan au fil des siècles, soit un lieu de pèlerinage de premier plan.

SriLanka_TriangleCulturel

Il est franchement impossible de conseiller certains sites plutôt que d’autres tant ceux-ci sont différents et tous incontournables. Les voir permet de traverser 3500 ans d’Histoire et de plonger au cœur du bouddhisme cinghalais. Un voyage dans le voyage !

 

Ferveur religieuse à Anuradhapura

Anuradhapura fut la première capitale du royaume cinghalais. La ville antique est à ce titre remarquable, avec ses immenses stupas plusieurs fois millénaires. Mais si Anuradhapura a été un coup de cœur énorme, c’est surtout que les édifices ont conservé leur importance religieuse. Les Sri Lankais s’y pressent nombreux, tout de blanc vêtus, pour prier et apporter des offrandes. On y croise d’ailleurs principalement des locaux, venus en famille, ce qui occasionne quelques belles rencontres.

La ville antique est très étendue, il est judicieux de prévoir la visite des endroits les plus impressionnants aux meilleurs heures : tôt le matin ou en fin d’après-midi. Pour ma part, j’ai particulièrement apprécié le Sri Maha Bodhiya et sa ferveur religieuse (autour de l’arbre de Bouddha) ainsi que les grands dagobas blanc ou en briques.

21994030_10155745696433555_2113509836510369169_o21993136_10155745695883555_1305150575324346661_o22041922_10155745755343555_5866297450054859840_o


Conseils utiles

  • La ville antique est très étendue. Il faut prévoir au moins une journée de visite pour apprécier les monuments principaux tout en prenant le temps d’en ressentir l’atmosphère unique.
  • Pour les mêmes raisons, mieux vaut opter pour le tuk-tuk, capable de se faufiler partout et dont le guide connait bien les lieux.
  • Aux heures les plus chaudes, le sol devient brûlant et marcher pied nus comme le veut l’usage devient très inconfortable. Aussi, favoriser les visites des stupas tôt le matin ou en fin d’après-midi.

 

Pèlerinage à Mihintale

Si Anuradhapura fut choisie pour capitale, le bouddhisme cinghalais est lui né à Mihintale, à une quinzaine de kilomètres par la route.  C’est ici, au sommet d’une colline boisée, que des dignitaires indiens auraient rencontré le roi cinghalais, la philosophie bouddhiste dans leurs valises. Mihintale est encore aujourd’hui un lieu de pèlerinage parmi les plus importants de l’île.

Si l’ambiance emplie de spiritualité m’a transportée, la visite est également l’occasion de prendre de la hauteur et d’embrasser la jungle du regard, du haut du rocher sacré.

22042323_10155745693963555_6700089479393709947_o21993059_10155745695228555_5997477199718643227_o22050953_10155745693913555_897658289360094099_o


Conseils utiles

  • Le site de Mihintale est à voir au plus fort de l’affluence des pèlerins, à savoir en fin de journée (ou lors des jours de « poya », pleine lune).
  • il faut compter 2-3 heures pour en faire le tour, notamment s’il y a la queue pour monter au sommet du pic rocheux, qui marque la fin du pèlerinage.
  • Bien que des bus desservent Mihintale depuis Anurtadhapura, le plus commode reste d’opter pour le tuk-tuk.

 

Exploration de Polonnaruwa

Polonnaruwa fut capitale du royaume cinghalais après Anuradhapura. Les ruines y sont donc plus récentes et mieux conservées. En revanche, le site a perdu toute activité religieuse. C’est donc à vélo sur des pistes ombragées qu’on va et vient, de monument en monument. Certains disparaissent littéralement sous une dense végétation, ce qui donne à la visite un parfum d’aventure.

21845400_10155717890643555_846044592_o21994093_10155745742243555_591233824270404479_o22095910_10155745697838555_8922177558647838026_o


Conseils utiles

  • Le site étant ombragé, la visite est très agréable à vélo. La plupart des guesthouses en louent, sinon il y a des loueurs aux abords du musée (ou s’achètent les tickets d’entrée).
  • Il faut compter au minimum une demie-journée pour voir les principaux points d’intérêt. Un peu plus pour tout voir, notamment les quelques monuments situés en dehors du parc archéologique.

 

Sigiriya, le rêve d’un roi mégalo

Sigiriya est le monument phare du pays. Au Ve siècle, le roi Kassapa voulut bâtir une forteresse au sommet d’un rocher jaillissant de la forêt. La volonté d’un roi mégalo et un projet de construction vertigineux pour ce qui est aujourd’hui un site archéologique majeur en Asie.

Une fois au sommet, à voir les soubassements étagés, les piscines et les terrasses donnant sur le vide, on comprend le génie de la civilisation sri-lankaise de l’époque.

Pour une vue alternative sur le rocher du Lion, l’ascension du promontoire rocheux voisin de Pidurangala permet de prendre de la hauteur. Du sommet, on est pile en face de la forteresse qui émerge de la jungle. Magique.

21951013_10155745693288555_3464772990950164905_o22048123_10155745692853555_8750331819937794473_o21994293_10155745693103555_693715066654178528_o


Conseils pratiques

  • Le site, iconique, est inévitablement touristique. Mieux vaut en faire l’ascension tôt le matin, dès l’ouverture, pour profiter de la vue sans la foule.
  • Ne ratez pas le musée, au pied du rocher. Les objets sont très bien mis en valeur, et je l’ai préféré à ceux d’Anuradhapura et de Polonnaruwa.
  • Pour une vue alternative sur le rocher du lion, l’ascension du Pidurangala Rock est une excellente idée. La fin de la randonnée est dangereuse par temps de pluie (c’est du vécu !).

 

Recueillement à Dambulla

Le Temple d’Or de Dambulla, ou Raja Maha Vihara, se dresse au sommet un pic granitique à la sortie de la ville de Dambulla. Il est constitué d’une succession de grottes occupées depuis le Ier siècle par des moines. Les parois peintes sont de toute beauté, tout comme les multiples statues du Bouddha. Mémorable entre tous, le Bouddha couché de la première grottes, immense et serein.

Bien que plus discret que les autres lieux de l’article, les grottes de Dambulla sont incontournables. Le mysticisme de l’endroit fait que le charme opère.

21994030_10155745692953555_3982094196053189234_o21992773_10155745692498555_781640330772390636_o


Conseils pratiques

  • Dambulla est facilement accessible, et la visite des grottes peut se combiner facilement avec celle de Sigiriya (voire Polonnaruwa) sur une journée, voir avec un safari dans les environs de Habarana.
  • Mieux vaut compter 2h de visite pour les grottes. A savoir, c’est apparemment plus calme l’après-midi, quand les groupes sont partis.

 

Kandy & la dent de Bouddha

Kandy, seconde ville du pays après la capitale Colombo, forme la pointe Sud du Triangle Culturel. La ville abrite le Temple de la Dent, épicentre actuel du bouddhisme cinghalais. Mais Kandy est également une base idéale pour explorer les plantations de thé et les montagnes environnantes.

22042262_10155745693658555_5932142872674813011_o

J’ai donc préféré y consacrer un article complet :



 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s